L’hostie est comme un clair de lune dans l’église

L’hostie est comme un clair de lune dans l’église.
Or les songeurs errants et les extasiés
Qui vont par les jardins où dans une ombre grise
Des papillons fripés meurent sur les rosiers,

Ceux que la nuit pieuse a pour catéchumènes
Regardant l’astre à la chevelure d’argent
Peu à peu croient y voir un sourire indulgent,
Un visage d’aïeule et des lèvres humaines !

Or l’hostie est un clair de lune au fond du choeur !
Et tandis que l’encens azure le silence
Et que l’orgue au jubé déroule sa langueur,
Qu’à peine un encensoir mollement se balance,

Tous les benoîts chrétiens dans l’hostie ont cru voir,
Comme un visage dans la lune qui se lève,
La face aux cheveux d’or d’un doux Jésus qui rêve
Et qui se rend visible à ses amis du soir !

Recueil : Le règne du silence

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Terres cuites de béotie

De Sponde, ton malheur fut ta félicité