Comme tout est triste ici

Comme tout est triste ici

Le vent hurle et la pluie bat les vitres

C’est février et je me souviens d’autres mois pareils dans le temps

A ce féroce et inhumain désir

A cette épreuve de songe et de miroir brisé

A cette haine suintante de partout

A ce refus

A ce spectacle de ma vie de l’autre côté

D’une certaine lumière.
9 Février 1949

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La chaumière

Petit matin