Cette rouge sueur goutte à goutte …

Cette rouge sueur goutte à goutte roulante
Du corps de cet athlète en ce rude combat
Peut être comparée à cette eau douce et lente
Qui la sainte montagne en silence rebat.

L’aveuglené (qui mit tous les siens en débat
Pour ses yeux) fut lavé de cette eau douxcoulante,
Et dans le chaud lavoir de cette onde sanglante
Toute l’aveugle race en liberté s’ébat.

Et l’un et l’autre bain ont redonné la vue,
Siloé du pouvoir dont le Christ l’a pourvue,
Et celuici de sang de son propre pouvoir.

Aussi ce rare sang est la substance même
De son coeur, qui pour faire à nuit ce cher lavoir
Fond comme cire au feu de son amour extrême.

(Sonnet XXXIX)

Théorèmes

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments