Si tant de maux passez ne m’ont acquis ce bien

Si tant de maux passez ne m’ont acquis ce bien,
Que vous croyez au moins que je vous suis fidelle,
Ou si vous le croyez, qu’à la moindre querelle
Vous me faciez semblant de n’en plus croire rien ;

Belle, pour qui je meurs, belle, pensez vous bien
Que je ne sente point cette injure cruelle ?
Plus sanglante beaucoup, que la peine éternelle
Où malgré tout le monde encor je me retiens,

Il est vray toutesfois, vos beautez infinies,
Quand je vivrois encor cent mille et mille vies,
Ne se pourroyent jamais servir si dignement

Que je ne fusse à leur valeur parfaicte :
Mais croyezle ou non, la preuve est toute faicte
Qu’au près de moy, l’amour aime imparfaitement.

Voter pour ce poème!

Jean De Sponde Apprenti Poète

Par Jean De Sponde

Jean de Sponde, né en 1557 à Mauléon-sur-Soule et mort le 18 mars 1595 à Bordeaux, est un poète baroque basque français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Le silence est l'ennemi de la poésie. Libérez votre voix, comme Baudelaire dans un jardin des mots.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’esclave et l’oiseau

C’était alors que le présent des dieux