Tandis que dedans l’air un autre air je respire

Tandis que dedans l’air un autre air je respire,
Et qu’à l’envy du feu j’allume mon desir,
Que j’enfle contre l’eau les eaux de mon plaisir,
Et que me colle à Terre un importun martyre,

Cest air tousjours m’anime, et le desir m’attire,
Je recerche à monceaux les plaisirs à choisir,
Mon martyre eslevé me vient encor saisir,
Et de tous mes travaux le dernier est le pire.

A la fin je me trouve en un estrange esmoy,
Car ces divers effets ne sont que contre moy :
C’est mourir que de vivre en ceste peine extresme.

Voila comme la vie à l’abandon s’espard :
Chasque part de ce Monde en emporte sa part,
Et la moindre à la fin est celle de nous mesme.

Voter pour ce poème!

Jean De Sponde Apprenti Poète

Par Jean De Sponde

Jean de Sponde, né en 1557 à Mauléon-sur-Soule et mort le 18 mars 1595 à Bordeaux, est un poète baroque basque français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie, c'est l'art de l'âme. Venez, comme Guillaume Apollinaire, exprimer la vôtre en commentant.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Première gelée

Si tu t’imagines