Si Pirithois ne fût aux enfers descendu

Sonnet LXX.

Si Pirithois ne fût aux enfers descendu,
L’amitié de Thésée serait ensevelie,
Et Nise par sa mort n’eût la sienne ennoblie,
S’il n’eût vu sur le champ Euryale étendu :

De Pylade le nom ne serait entendu
Sans la fureur d’Oreste, et la foi de Pythie
Ne fût par tant d’écrits en lumière sortie,
Si Damon ne se fût en sa place rendu :

Et je n’eusse éprouvé le tienne si muable,
Si fortune vers moi n’eût été variable.
Que puis-je faire donc, pour me venger de toi ?

Le mal que je te veux, c’est qu’un jour je te puisse
Faire en pareil endroit, mais par meilleur office,
Reconnaître ta faute et voir quelle est ma foi.

Voter pour ce poème!

Joachim du Bellay Apprenti Poète

Par Joachim du Bellay

Joachim du Bellay ou Joachim Du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou et mort le 1ᵉʳ janvier 1560 à Paris.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Soyez le soleil de notre poésie, brillez sur nos pages avec vos mots chaleureux.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Si par peine et sueur et par fidélité

Si pour avoir passé sans crime sa jeunesse