Quand l’ennemi poursuit son adversaire

Quand l’ennemi poursuit son adversaire
Si vivement qu’il le blesse ou l’abat :
Le vaincu lors pour son plus nécessaire
Fuit çà et là et crie et se débat.
Mais moi, navré par ce traître combat
De tes doux yeux, quand moins de doute avois,
Cèle mon mal ainsi, comme tu vois,
Pour te montrer à l’oeil évidemment
Que tel se tait et de langue et de voix,
De qui le coeur se plaint incessamment.

Délie

Voter pour ce poème!

Maurice Scève Apprenti Poète

Par Maurice Scève

Maurice Scève, né vers 1501 à Lyon et mort vers 1564, est un poète français. Il est l'auteur de Délie, objet de plus haute vertu.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots sont des étoiles dans notre nuit poétique. Allumez notre firmament.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Au début d’un printemps mort

Phrase