Prudence

Contrition parfaite,
Les anges sont en fêtes
Mieux d’un pêcheur contrit que d’un juste qui meurt.

Bon propos, la victoire
Préparée et la gloire
Presque déjà dans l’au-delà sans choc ni heurt.

Absolution sainte
Savourée avec crainte
D’en être indigne encor, d’en peut-être abuser.

Rentrée emmi le monde
Et son horreur profonde
Avec un cœur d’amour qui ne sait biaiser,

Car c’est l’amour divine
Qui prévoit et devine
Les pièges, le manège et les tours du Péché.

Garde à toi tout de même,
Gare au trompeur suprême,
Chrétien certes fidèle encore qu’empêché

Par l’extase première
D’avoir vu la Lumière,
Et les yeux éblouis et tous les sens tremblants.

Ô chrétien nouveau, prie
A la Vierge Marie,
Et marche vers la bonne mort à pas bien lents.

Voter pour ce poème!

Paul Verlaine Apprenti Poète

Par Paul Verlaine

Paul Verlaine est un écrivain et poète français du XIXᵉ siècle, né à Metz le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896. Il s'essaie à la poésie et publie son premier recueil, Poèmes saturniens en 1866, à 22 ans.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une goutte de pluie dans notre océan de poésie. Ajoutez votre averse, à la manière de Hugo.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Tu n’es pas du tout vertueuse

Si tu le veux bien, divine Ignorante