Le Mariage Rustebeuf

En l’an de l’Incarnacion,
Uit jors après la nascion
Jhesu qui soufri passion,

En l’an soissante.
Qu’arbres n’a foille, oisel ne chante,
Fis je toute la rien dolante

Qui de cuer m’aime.
Nis li musars musart me claime.
Or puis filer, qu’il me faut traime :

Moult ai a faire.
Diex ne fist cuer tant deputaire.
Tant li aie fet de contraire

Ne de martire,
S’il en mon martire se mire.
Qui ne doie de bon cuer dire : «

Je te claim cuite ».
Envoyer un homme en

Egypte,
Ceste dolor est plus petite

Que n’est la moie.
Je n’en puis mes se je m’esmoie.
L’en dit que fols qui ne foloie

Pert sa seson :
Sui je mariez sanz reson ?

Rutebeuf
Mariage

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Rutebeuf

Rutebeuf [ʁytbœf], né en 1245 et mort en 1285, est un poète français du Moyen Âge.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans le monde de la poésie, chaque mot compte. Votre voix a sa place ici.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

À mon jardinier

Au Roi, sur la conquête de la Franche-Comté