dans ,

Muse, n’est-ce point là le feu de la Deesse

Muse, n’estce point là le feu de la Deesse
Qui naquit autrefois dans le champ marinier,
Qui d’un brin esclattant ne nous veut denier
Du matin qui s’en vient le jour et la promesse ?

Desja, n’estce point là l’aurore qui se dresse,
Vermillonnant ces Montz de son char saffranier ?
Desja, n’estce point là le flambeau journalier,
Qui des plus petits feux faict escarter la presse ?

C’est le jour, pour le seur, c’est le poinct asseuré
Qui te delivrera du combat enduré,
Qui t’a toute la nuict fait guerre si cruelle,

Mon oeil ne veille plus, tu es en liberté
De t’aller reposer par le jour appresté,
Qui t’annonce le point de ceste aube nouvelle.

Vers leipogrammes

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments