Les Parques ont le teint plus gai que mon visage

Sonnet

Les Parques ont le teint plus gai que mon visage,
Je crois que les damnés sont plus heureux que moi :
Aussi le vieux tyran qui leur donne la loi
Des peines que je sens n’a jamais eu l’usage.

Les jours les plus sereins pour moi sont pleins d’orage,
Les objets les plus beaux pour moi sont pleins d’effroi,
Et du plus doux accueil que me fasse le Roi,
Mon esprit insensé croit souffrir un outrage.

Ton injuste mépris m’a fait cette douleur,
Depuis incessamment je rêve à mon malheur,
Et rien plus que la mort ne me peut faire envie.

Voyez, si mon malheur s’obstine à me punir,
Je pense que la mort refuse de venir,
Parce qu’elle n’est point si triste que ma vie.

Voter pour ce poème!

Théophile De Viau Apprenti Poète

Par Théophile De Viau

Théophile de Viau, né entre mars et mai 1590 à Clairac, en Agenais et mort le 25 septembre 1626 à Paris, est un poète et dramaturge français. Poète le plus lu au XVIIᵉ siècle, il sera oublié à la suite des critiques des Classiques, avant d'être redécouvert par Théophile Gautier.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Partagez vos rêves et vos vers comme Rimbaud, et transformez notre forum en une éternelle saison des poètes.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A Marcelle – La cigale et le poète

Le poète et la muse