Le Mausolée est beau

Le Mausolée est beau, vaste, admirable à voir ;
Sa première muraille est toute en granit noir,
La deuxième en albâtre, et la troisième enceinte
Est en gypse incrusté d’onyx et d’hyacinthe ;
Franchissez-les ; voilà le mur de jade vert
Qu’Eryclète, ouvrier de Corinthe, a couvert
De bas-reliefs où Flore aime et pleure Zéphyre ;
Passez ; vous rencontrez l’enceinte de porphyre ;
Puis la salle d’argent ouvre son corridor ;
Entrez ; au centre luit l’immense trône d’or ;
Sur le trône, approchez, sous un dais magnifique
Orné d’inscriptions d’écriture cufique,
Brille un cercueil formé d’un seul bloc de cristal,
Et dont on voit de loin, sur un haut piédestal,
Resplendir, comme une aube au fond des galeries,
Le couvercle étoilé d’un ciel de pierreries ;
Regardez à travers ce grand cristal sacré,
Incorruptible, pur, vénérable, entouré
Des pleurs des nations scellés dans quatre vases,
Sous tous ces diamants, sous toutes ces topazes,
Regardez-vous voici près du fond, près du roi,
Dérangez ces rubis, et que trouvez-vous ? Moi.

Voter pour ce poème!

Victor Hugo Apprenti Poète

Par Victor Hugo

Victor Hugo est un poète, dramaturge, prosateur et dessinateur romantique français, né à Besançon le 26 février 1802 et mort le 22 mai 1885 à Paris. Il est considéré comme l’un des plus importants écrivains de langue française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poètes sont les gardiens des rêves. Rejoignez notre confrérie, comme un Rimbaud moderne, et rêvez avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Puisque le juste est dans l’abîme

Soleils couchants (III)