Toute la vie d’un coeur – 1819

Or, nous cueillions ensemble la pervenche.

Je soupirais, je crois qu’elle rêvait.
Ma joue à peine avait un blond duvet.
Elle avait mis son jupon du dimanche ;
Je le baissais chaque fois qu’une branche
Le relevait.

Et nous cueillions ensemble la pervenche.

Le diable est fin, mais nous sommes bien sots.
Elle s’assit sous de charmants berceaux
Près d’un ruisseau qui dans l’herbe s’épanche ;
Et vous chantiez dans votre gaîté franche,
Petits oiseaux.

Et nous cueillions ensemble la pervenche.

Le paradis pourtant m’était échu.
En ce moment, un bouc au pied fourchu
Passe et me dit : Penchetoi. Je me penche.
Anges du ciel ! je vis sa gorge blanche
Sous son fichu !

Et nous cueillions ensemble la pervenche.

J’étais bien jeune et j’avais peur d’oser.
Elle me dit : Viens donc te reposer
Sous mon ombrelle, et me donna du manche
Un petit coup, et je pris ma revanche
Par un baiser.

Et nous cueillions ensemble la pervenche.

Toute la lyre

Voter pour ce poème!

Victor Hugo Apprenti Poète

Par Victor Hugo

Victor Hugo est un poète, dramaturge, prosateur et dessinateur romantique français, né à Besançon le 26 février 1802 et mort le 22 mai 1885 à Paris. Il est considéré comme l’un des plus importants écrivains de langue française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre commentaire est une étoile dans notre ciel poétique. Brillez avec le vôtre.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Hélène

Le monde est mort où je vivais