ville servile,

Ville,

comme tu entasses les gens comme les ans,
faisons en toi une archéologie,
anciennement naquît des paysans,
l’orgueil des marchants y construit logis,

entre eux, les artisans trouvèrent places,
dès lors en politique s’entendirent,
cherchant le consensus d’accords sagaces,
n’inventèrent rien, et les guerres s’étendirent,

sa mémoire lui rappelle : « Pas de quartier ! »
après un long siège, ses clefs sont offertes,
enceinte et protectrice de ses quartiers,
elle rend grâce avant peines souffertes,

symbolisme de l’humaine vanité,
l’Apocalypse la nomme Babylone,
et si elle tombe de sa gloire usurpée
ne pleurez pas, Jérusalem se donne…

 

Voter pour ce poème!

zeugma Maître Poète

Par zeugma

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans notre jardin de vers, chaque commentaire est une fleur unique, à la manière de Villon. Plantez la vôtre.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

vieillesse pour noblesse,

volonté, éhonté ou bonté ?