Les fleuves ne sont pas impassibles

même tabac cette grande balafre à mon ventre ou ce fleuve en plein cœur

seul réveil la parole des ressauts

mal débité ce sang le courage n’est pas de remonter le regard s’égare vers le bas aux vasières que fixe seul hagard poto-poto des
Calabars le pied des palétuviers

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments