Sommation

toute chose plus belle

la chancellerie du feu la chancellerie de l’eau

une grande culbute de promontoires

et d’étoiles

une montagne qui se délite en

orgie d’îles en arbres chaleureux

les mains froidement calmes du soleil

sur la tête sauvage d’une ville détruite

toute chose plus belle toute chose plus belle

et jusqu’au souvenir de ce monde y passe

un tiède blanc galop ouaté de noir

comme d’un oiseau marin qui s’est oublié en plein vol et

glisse sur le sommeil de ses pattes roses

toute chose plus belle en vérité plus belle

ombelle

et térébelle

la chancellerie de l’air

la chancellerie de l’eau

tes yeux un fruit qui brise sa coque sur le coup de minuit et il n’est plus
MINUIT

l’Espace vaincu le
Temps vainqueur

moi j’aime le temps le temps est nocturne

et quand l’Espace galope qui me livre

le
Temps revient qui me délivre

le
Temps le
Temps

ô claie sans venaison qui m’appelle

intègre

natal

solennel

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments