Dénigrement

Mon dernier livre, je le brûle,

assombri, haletant.
Je ne suis plus qu’un crépuscule,

et je n’ai pas le temps

de me lever.
Je porte en terre ma nuque avec mon cou.

Une racine est solidaire de mes jambes : debout,

assis, couché, la peur me souille

et je dois me quitter.
Je crois que j’envie les grenouilles

dans leur indignité.

Je ne suis plus qu’une mâchoire

tombée dans l’intestin.
La pluie ne parle pas de gloire,

ni la boue de destin.

C’est en moi-même que je rampe, m’étant coupé les mains.

La tourterelle et l’hippocampe ont d’autres lendemains ;

je me souviens : jadis ils furent mes plus chers compagnons,

avec l’iris; quelle aventure pour ce pauvre trognon,

ce corps qui n’est plus corps, cette âme

dont s’échappe l’esprit !
Faut-il crier ?
Je vois des flammes,

et le néant sourit.

Pourtant, j’aimais les marguerites,

le fleuve adolescent, le scarabée.
La mort hésite

car un reste de sang

parvient encore à ma poitrine,

comme un pauvre aliment,
L’azur s’effondre ; on le devine :

je suis son excrément.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments