Le monde est un autre monde

Ajanta dans la paix des temples troglodytes,
Aussi loin désormais qu’il y a deux mille ans
Du jeu fanatisé, de la buée de sang
Qui hantent le martyr d’une foule maudite.

Le journal ce matin dit
Bombay en émeute,
Des hommes tirés à vue, des quartiers embrasés.
Des hordes appointées et des flics si blasés
Qu’ils gèrent le carnage en rackettant la meute.

Comment entendre ici ce monde massacré?
Pas un cri, pas un pleur, pas une once de peur
Ne troublent le secret, la grâce, les couleurs

Des fresques fabuleuses ni de l’aura sacré

Qui passe sur la pierre quand un gardien suspend

La lumière du soleil à du papier d’argent *.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments