dans , , , , ,

Avec l’herbe

A Berthold Mahn
Ah ! que je vous regarde avec des yeux fervents,

Arbres grandis ici et là sans contrainte,

Mes frères qu’on n’a pas comptés et mis en rangs

Et qui mêlez doucement vos bras et vos têtes !
Que je ne te force pas à tomber avant l’heure,

Petite feuille d’or qui rêves en te berçant ;

Tu naquis pour danser dans l’air et la lumière,

Reste jusqu’à la fin de ta danse et de ton sang !
Ah ! et toi, gazon vif, herbe populeuse, heureux peuple

Que font jouer les vents et l’ombre des nuages ;

Clémence de la terre ! Espérance invincible

Qui renaît de la cendre et qui perce la neige !
Qu’en toi je m’agenouille et que je cache en toi,

Herbe, ma face d’homme qui fait fuir les bêtes !

Que je sois confondu à ta taille ; et ta loi,

Que je la réapprenne et qu’elle me relève !
Brins verts contre ma bouche et que mon souffle fait trembler,

Je vous confie la détresse de l’homme

Et la honte où il est d’avoir encore abandonné

Le soin de son royaume au rebut des âmes.
Herbe que rajeunit et lave chaque aurore,

Je convie en ton coeur les coeurs toujours aimants ;

Je convie en ton coeur ces peuples vieux qui pleurent,

Repliés sous un joug sanglant!

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments