Grâces

Tu dois dire merci à cette chair,

de t’avoir mis au monde :

un azur infernal.

Tu dois dire merci à l’inconnu,

que par respect ou par défi tu nommes
Dieu.

Tu dois dire merci

— elle mérite la tendresse —

à cette rose qui n’est rose

que pour te faire mal.

Tu dois dire merci à ce vieux fleuve

puisque tu le vénères,

voulant te comparer à lui.

Tu dois dire merci à cet oiseau,

rossignol ou vautour,

de n’être pas semblable à toi.

Tu dois dire merci, quarante fois merci,

face à cet océan, pour le plaisir du mot

et pour la volupté du verbe.

Tu dois dire merci

au doute, à la merveille, à la métamorphose,

car ils t’obligent

à te réinventer.

Tu dois dire merci à cette mort qui te rend à la flamme, à la neige et au sable dont tu es fait mais qui ont pour honneur de te défaire.

Voter pour ce poème!

Alain Bosquet Apprenti Poète

Par Alain Bosquet

Anatole Bisk, dit Alain Bosquet, né à Odessa (Ukraine) le 28 mars 1919 et mort à Paris le 17 mars 1998, est un poète et écrivain français d'origine russe.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Écrivez comme un Verlaine, commentez comme un Hugo, et vous serez un pilier de notre communauté poétique.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Que des sombres Enfers les tremblantes horreurs

Rue de l’Éperon