Aliments

Voulez-vous me prêter un peu de votre vie ?

La mienne, comme un plat mal réchauffé, il n’est personne à qui je l’aie servie,

avec un faux café.

Voulez-vous me prêter cette ombre d’espérance, visible en vous ?
La mienne, un pull-over

percé de trous, je la garde, je pense, pour le repas des vers.

Voulez-vous me prêter votre doux paysage, avec sa lune et son ruisseau qui rit ?

Le mien s’est affaissé entre deux pages, comme un pudding au riz.

Voulez-vous me prêter l’une ou l’autre caresse ?

Je me demande à qui j’en ferais don : quand la dernière amante se redresse,

on mange l’édredon.

Voulez-vous me prêter l’échantillon d’une âme, pour me servir enfin de paravent ?

Jusqu’ici je sautais au gré des flammes, comme le vol-au-vent.

Voulez-vous me prêter, si je m’en rends plus digne, votre chanson qui ne saurait pécher ?

Voyez ma tragédie, faites-moi signe : je suis un steak haché.

Voulez-vous me prêter, à défaut de morale,

une ironie qui calme la douleur ?
Allez-vous-en !
Ma recette est fatale :

je fais cuire mon cœur.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments