Le printemps me plaît

Le printemps me plaît… J’erre avec délices
Dans les champs joyeux, avec les moineaux ;
Je contemple tout : les riches calices,
Les insectes d’or et les foins nouveaux.

Ninetta là-bas relève sa robe,
Et, pour passer l’eau, montre son bas blanc :
Par le sang du Christ ! l’homme, roi du globe,
Devant ce pied-là se sent tout tremblant !

Le printemps me plaît… Je dis des folies !
Je suis sérieux, à la fois, et gai.
D’azur et de miel les fleurs sont emplies :
Pour suivre Nina j’ai passé le gué.

Bonjour, Ninetta ! j’éprouve en mon âme,
Dieu me le pardonne ! un trouble connu…
Viens, repasse l’onde en mes bras, ô femme,
Ou livre au ruisseau ton joli pied nu !

Voter pour ce poème!

Jean Aicard Apprenti Poète

Par Jean Aicard

Jean François Victor Aicard, né le 4 février 1848 à Toulon et mort le 13 mai 1921 à Paris, est un poète, romancier et auteur dramatique français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une boussole dans notre univers poétique. Orientez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le printemps donne à tout la vie

Le puits