Les arbres

Trois arbres galopaient,
Plus raides qu’un dimanche,
Sans connaître la paix,
Panthères sur les branches.

Le chêne a refusé

De vivre comme un chêne ;

Les érables rusés

Rêvaient de forme humaine.

Écorce ou vérité ? À rugir de colère.
Croyaient-ils mériter
Leur charge de panthères?

Trois arbres s’en iront,
Plus sveltes que le fleuve.
S’accepter ?
Quel affront !
Ils laissent trois cents veuves.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments