dans , , ,

Les instruments

0 Vues 0 Votes 0 Commentaire

«
Vilebrequin », « faucille »,

« guidon », « truelle » ou « pince-monseigneur »,

pendant vingt ans j’ai cru que j’employais les mots,

et je les respectais en loyaux domestiques.

Plus tard, je me suis dit qu’ils avaient un destin

par eux-mêmes : des êtres fiers, indépendants,

plus durables que moi,

et j’ai conçu comme une jalousie

pour un nombre d’entre eux : j’y voyais du mystère,

de la musique et de la grâce.

Les rôles désormais sont invertis :

c’est moi qui suis le stétoscope, le rabot,

le sparadrap, le clou,

le détergent, le vide-ordures

de mon maître, le
Verbe :

un poète attaché comme un chien

à chacun de ses mots.

Print Friendly, PDF & Email

Qu'en pensez-vous?

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

b

Par Alain Bosquet

Anatole Bisk, dit Alain Bosquet, né à Odessa (Ukraine) le 28 mars 1919 et mort à Paris le 17 mars 1998, est un poète et écrivain français d’origine russe.

Au passif

De ta lèvre mignarde un fin sucre courant