Comment aurait-elle pu

Comment aurait-elle pu,
Quand je le pouvais à peine,
Renouer le fil rompu
De notre vie incertaine ?

Les baisers sont des baisers.
Les caresses, des caresses.
Les bonheurs sont malaisés
Quand on n’a que ces richesses.

Le soir même, doux et clair,
Conspire à donner la fièvre.
Plein d’étoiles, il a l’air
D’une vitrine d’orfèvre.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments