L’huître

Je ne vois pas tes yeux, mais je vois ton sourire :
Tout ton être respire un grand air de bonté.
A te sentir si fraîche en ta calme beauté,
Chavette ému tressaille, et Monselet soupire.

Ta rondeur savoureuse aux poètes inspire
Des rêves d’embonpoint et de satiété…
L’abbé hâte pour toi son benedicite.
On peut te manger crue, ou bien te faire frire ;

La plupart des gourmets te gobent, simplement ;
Pour d’autres, il vaut mieux te mâcher doucement,
Beaucoup à t’épicer ressentent de la joie.

Tout embaumée encore d’algue et de goémons,
Paris te sollicite, et Cancale t’envoie,
Ô toi qui fais aimer, ô toi que nous aimons !

Voter pour ce poème!

Albert Mérat Apprenti Poète

Par Albert Mérat

Albert Mérat, né le 23 mars 1840 à Troyes et mort le 16 janvier 1909 en son domicile dans le 14 arrondissement de Paris, est un poète français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poèmes sont des échappatoires vers d'autres mondes. Ouvrez une porte, comme le faisait Saint-Exupéry, et entrez.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Frontispice

Les collines