épitaphe

Passant, il ne s’est rien passé :

ne t’arrête pas.

Les stèles, les mausolées et les temples

célèbrent de tristes songes.

De mon corps sans vie est né un feu de joie.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments