Les querelles des chiens

Fable IV, Livre III.

Un dogue se battait avec un chien danois,
Pour moins qu’un os, pour rien ; dans le temps où nous sommes,
Il faut presque aussi peu, je crois,
Pour diviser les chiens que pour brouiller les hommes.
L’un et l’autre était aux abois ;
Écorché par mainte morsure,
Entamé par mainte blessure,
L’un et l’autre eût cent fois fait trêve à son courroux,
Si l’impitoyable canaille,
Que la querelle amuse, et qui jugeait des coups,
N’eût cent fois, en sifflant, rengagé la bataille.
Le combat des Titans dura, dit-on, trois jours :
Celui-ci fut moins long, sans être des plus courts.
J’ignore auquel des deux demeura l’avantage,
Mais je sais qu’en héros chacun d’eux s’est battu ;
Et pourtant des oisifs le sot aréopage
S’est moqué du vainqueur autant que du vaincu.

Gens d’esprit, quelquefois si bêtes,
Loin de prolonger vos débats,
Songez que vos jours de combats,
Pour les sots, sont des jours de fêtes.

Voter pour ce poème!

Antoine-Vincent Arnault Apprenti Poète

Par Antoine-Vincent Arnault

Antoine Vincent Arnault, né le 1ᵉʳ janvier 1766 à Paris et mort le 16 septembre 1834 à Goderville est un homme politique, poète et auteur dramatique français, deux fois élu à l'Académie française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Soyez l'inspiration comme Rimbaud, la passion comme Sartre, et commentez avec l'âme d'un poète.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Les ours mal léchés

Les questions