Les Bouquins

Tu me vois quelquefois triste, énervé, grincheux,

— Quand j’ai fumé surtout mes pipes allemandes

En travaillant longtemps — alors, tu me demandes

D’où vient l’expression si dure de mes yeux.
Tu me dis que mes grands bouquins sont ennuyeux

Comme les pins et leurs petits pots dans les landes ;

C’est vrai : viens… tes baisers sont comme des amandes :

Ils ont un parfum blanc : ils sont délicieux.
T’aimer bien, ça vaut mieux que de rimer des strophes

Ou que d’étudier de tristes philosophes.

Dans un livre savant, hier soir, je lisais :
On y voulait prouver d’une façon notoire

Que la réalité n’est qu’ « hallucinatoire » ;

Je suis halluciné, chère, par tes baisers.

Voter pour ce poème!

Francis Jammes Apprenti Poète

Par Francis Jammes

Francis Jammes, né à Tournay le 2 décembre 1868 et mort à Hasparren le 1ᵉʳ novembre 1938, est un poète, romancier, dramaturge et critique français. Il passa la majeure partie de son existence dans le Béarn et le Pays basque, principales sources de son inspiration.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre plume est une baguette magique. Enchantez notre forum de poésie.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La fille de l’émyr

L’avertisseur