Nostalgie

J’ai laissé, loin de moi, à l’abri des montagnes
Un village blotti au milieu des coteaux,
La brise du matin, les fleurs de la campagne
Et le grand mimosa où nichent les oiseaux…

J’ai laissé, quelque part, souffler la Tramontane
Emportant les saisons, emportant les soupirs,
Une petite place une allée de platanes
Les rêves, les chagrins, et tous les souvenirs…

J’ai laissé ma maison, j’ai laissé ma jeunesse,
Mais il m’arrive encore au profond de l’hiver
D’entendre, comme avant, à travers l’ombre épaisse
L’écho d’une sardane ou le chant de la mer.

Isabelle Callis-Sabot

Voter pour ce poème!

Isabelle Callis-Sabot Apprenti Poète

Par Isabelle Callis-Sabot

Isabelle CALLIS-SABOT est née à Montpellier en 1958. Après des études d'ergothérapie, elle se consacre à l'écriture. D'abord poète, elle commence par publier quelques recueils, avant de se tourner vers le roman.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans notre jardin de rêves, chaque commentaire est une fleur. Cultivez votre contribution.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Sous le large

Le soc et l’épée