Ultima Verba

Mon rêve a ployé l’aile. En l’ombre qui s’étend,
Il est comme un oiseau que le lacet captive.
Malgré des jours nombreux ma fin semble hâtive ;
Je dis l’adieu suprême à tout ce qui m’entend.

Je suis content de vivre et je mourrai content.
La mort n’estelle pas une peine fictive ?
J’ai mieux aimé chanter que jeter l’invective.
J’ai souffert, je pardonne, et le pardon m’attend.

Que le souffle d’hiver emporte, avec la feuille,
Mes chants et mes sanglots d’un jour ! Je me recueille
Et je ferme mon coeur aux voix qui l’ont ravi.

Aije accompli le bien que toute vie impose?
Je ne sais. Mais l’espoir en mon âme repose,
Car je sais les bontés du Dieu que j’ai servi.

Voter pour ce poème!

Léon-Pamphile Le May Apprenti Poète

Par Léon-Pamphile Le May

Léon-Pamphile Le May, né le 5 janvier 1837 à Lotbinière et décédé le 11 juin 1918 à Deschaillons, est un romancier, poète, conteur, traducteur, bibliothécaire et avocat québécois.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans notre jardin de vers, chaque commentaire est une fleur unique, à la manière de Villon. Plantez la vôtre.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Je la revois, après vingt ans, l’île où Décembre

Le rameur