La mer morte

Près des. monts de Judée, arides, sans fraîcheurs,
Et des monts de Moab aux sèves fécondantes,
L’Asphaltite maudit berce ses eaux mordantes,
Où jamais ne tomba le filet des pécheurs.

Les rocs nus sont rayés de sinistres blancheurs.
Seraitce un reste froid de vos cendres ardentes,
Impudiques cités ? Les vagues abondantes
Ontelles pu laver le front de vos pécheurs ?

De la vie en ce monde on se croit à la borne ;
Nul chant n’y réjouit la solitude morne ;
A ne fleurir jamais ces bords sont condamnés.

Dors en ton gouffre amer, sur ton lit de bitume ;
Ta coupe est décevante et pleine d’amertume…
N’estu pas faite, ô mer ! des pleurs de tes damnés ?

Les goutelettes

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments