A la belle étoile

Boulevard de la
Chapelle où passe le métro aérien
Il y a des filles très belles et beaucoup de vauriens
Les clochards affamés s’endorment sur les bancs
De vieilles poupées font encore le tapin à soixante-cinq ans

Boulevard
Richard-Lenoir j’ai rencontré
Richard

Leblanc
Il était pâle comme l’ivoire et perdait tout son sang
Tire-toi d’ici tire-toi d’ici voilà ce qu’il m’a dit
Les flics viennent de passer
Histoire de s’ réchauffer ils m’ont assaisonné

Boulevard des
Italiens j’ai rencontré un
Espagnol
Devant chez
Dupont tout est bon après la fermeture
Il fouillait les ordures pour trouver un croûton
Encore un sale youpin qui vient manger notre pain
Dit un monsieur très bien

Boulevard de
Vaugirard j’ai aperçu un nouveau-né
Au pied d’un réverbère dans une boîte à chaussures
Le nouveau-né donnait dormait ah ! quelle merveille
De son dernier sommeil
Un vrai petit veinard
Boulevard de
Vaugirard

Au jour le jour à la nuit la nuit

A la belle étoile

C’est comme ça que je vis

Où est-elle l’étoile

Moi je n’ l’ai jamais vue

Elle doit être trop belle pour le premier venu

Au jour le jour à la nuit la nuit

A la belle étoile

Cest comme ça que je vis

C’est une drôle d’étoile c’est une triste vie

Une triste vie.

Voter pour ce poème!

Jacques Prévert Apprenti Poète

Par Jacques Prévert

Jacques Prévert, né le 4 février 1900 à Neuilly-sur-Seine et mort le 11 avril 1977 à Omonville-la-Petite, est un poète français. Auteur de recueils de poèmes, parmi lesquels Paroles, il devint un poète populaire grâce à son langage familier et à ses jeux sur les mots.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie se renouvelle avec chaque commentaire. Soyez le souffle de la renaissance.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La poussière froide…

L’âme