La visite au musée

Au musée de cire du
Souvenir

vous prenez la galerie des projets avortés

le couloir des velléités

l’escalier des faux désirs

et vous tombez dans la trappe des regrets

vous pouvez graver sur les mura

avec le petit couteau-souvenir acheté à l’entrée

les graffiti du malentendu

Mais

au-dessus de la salle des
Bienfaits
Perdus

les yeux bandés

le funambule
Amour

danse sur la corde raide du bonheur à peine entrevu

du bonheur jamais oublié

Et la musique de son cirque

tourne son disque rayé usé exténué mais ravi

et le disque tourne comme une lune sanglante et

endeuillée radieuse vivante souriante ensoleillée

merveilleuse et émerveillée

Musique du peuple des oiseaux

musique des oiseaux du peuple

Visiteurs

n’écoutez pas cette musique sans l’entendre

ne prêtez pas seulement l’oreille à cette musique

à ce bruit

donnez-la-lui

Elle vous la rendra au centuple

un beau jour

ou un autre jour

la musique du peuple des oiseaux de l’amour

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments