Pille d’acier

Pille d’acier je n’aimais personne dans le monde

Je n’aimais personne sauf celui que j’aimais

Mon amant mon amant celui qui m’attirait

Maintenant tout a changé est-ce lui qui a cessé de

m’aimer

Mon amant qui a cessé de m’attirer est-ce moi?

Je ne sais pas et puis qu’est-ce ça peut faire tout ça?

Maintenant je suis couchée sur la paille humide de

l’amour

Toute seule avec tous les autres toute seule désespérée

Pille de fer-blanc fille rouillée

O mon amant mon amant mort ou vivant

Je veux que tu te rappelles autrefois

Mon amant celui qui m’aimait et que j’aimais.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments