Pille d’acier

Pille d’acier je n’aimais personne dans le monde

Je n’aimais personne sauf celui que j’aimais

Mon amant mon amant celui qui m’attirait

Maintenant tout a changé est-ce lui qui a cessé de

m’aimer

Mon amant qui a cessé de m’attirer est-ce moi?

Je ne sais pas et puis qu’est-ce ça peut faire tout ça?

Maintenant je suis couchée sur la paille humide de

l’amour

Toute seule avec tous les autres toute seule désespérée

Pille de fer-blanc fille rouillée

O mon amant mon amant mort ou vivant

Je veux que tu te rappelles autrefois

Mon amant celui qui m’aimait et que j’aimais.

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À l’aube d’un jour de coup de dés

Inventaire