Avoir vu dévaler une triple montagne

Sonnet CXIII.

Avoir vu dévaler une triple montagne,
Apparaître une biche et disparaître soudain,
Et dessus le tombeau d’un empereur romain
Une vieille carafe élever pour enseigne :

Ne voir qu’entrer soldats et sortir en campagne,
Emprisonner seigneurs pour un crime incertain,
Retourner forussiz et le Napolitain
Commander en son rang à l’orgueil de l’Espagne :

Force nouveaux seigneurs, dont les plus apparents
Sont de Sa Sainteté les plus proches parents,
Et force cardinaux, qu’à grande peine l’on nomme :

Force braves chevaux, et force hauts collets,
Et force favoris, qui n’étaient que valets :
Voilà, mon cher Dagaut, des nouvelles de Rome.

Voter pour ce poème!

Joachim du Bellay Apprenti Poète

Par Joachim du Bellay

Joachim du Bellay ou Joachim Du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou et mort le 1ᵉʳ janvier 1560 à Paris.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une énigme à résoudre, comme un poème de Rimbaud. Participez à notre quête littéraire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

À son livre

Baif, qui, comme moi, prouves l’adversité