Tant que l’oiseau de Jupiter vola

Tant que l’oiseau de Jupiter vola,
Portant le feu dont le ciel nous menace,
Le ciel n’eut peur de l’effroyable audace
Qui des Géants le courage affola :

Mais aussitôt que le Soleil brûla
L’aile qui trop se fit la terre basse,
La terre mit hors de sa lourde masse
L’antique horreur qui le droit viola.

Alors on vit la corneille germaine
Se déguisant feindre l’aigle romaine,
Et vers le ciel s’élever derechef

Ces braves monts autrefois mis en poudre,
Ne voyant plus voler dessus leur chef
Ce grand oiseau ministre de la foudre.

Les antiquités de Rome

Voter pour ce poème!

Joachim du Bellay Apprenti Poète

Par Joachim du Bellay

Joachim du Bellay ou Joachim Du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou et mort le 1ᵉʳ janvier 1560 à Paris.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre commentaire est une perle dans notre océan de vers. Plongez avec élégance.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

TU TE LÈVERAS TÔT

Les moines