Débouclez-les, vos longs cheveux

Débouclez-les, vos longs cheveux de soie,

Passez vos mains sur leurs touffes d’anneaux,

Qui, réunis, empêchent qu’on ne voie

Vos longs cils bruns qui font vos yeux si beaux !

Lissez-les bien, puisque toutes pareilles

Négligemment deux boucles retombant

Roulent autour de vos blanches oreilles,

Comme autrefois, quand vous étiez enfant,

Quand vos seize ans ne vous avaient quittée

Pour s’en aller où tous nos ans s’en vont,

En nous laissant, dans la vie attristée,

Un cœur usé plus vite que le front !

Ah ! c’est alors que je vous imagine

Vous jetant toute aux bras de l’avenir,
Sans larme aux yeux et rien dans la poitrine…

Rien qui vous fît pleurer ou souvenir !
Ah ! de ce temps montrez-moi quelque chose

En vous coiffant comme alors vous étiez ;

Que je vous voie ainsi, que je repose

Sur vos seize ans mes yeux de pleurs mouillés…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Retour de la guerre

Un printemps magique naîtra