Tu t’en vas

À ***

Tu t’en vas, — ce n’est pas ta faute.

Tu le crois ton Destin. Il part, et tu le suis…

Le cœur navré, dont un jour tu fus l’hôte,

Sait trop que ce n’est pas ta faute

Et te pardonne, si tu fuis.
Va ! je sais trop comme s’achève

Le rêve que les cœurs épris font ici-bas.

Je sais trop ce que c’est qu’un rêve,

Et fût-il beau, comme il s’achève,

Pour t’en vouloir, — et je ne t’en veux pas !
Mais du moins va-t’en de ma vie !

Puisque tu dois partir, ne reviens plus jamais !

Laisse-moi t’oublier. Oublie…

Et puisque tu ne m’as rien donné d’une amie,

Emporte avec toi mes regrets !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Je hais du Florentin l’usurière avarice

Le Triomphe de Bacchos à son retour des Indes