Éclairage à perte de vue

Je tiens ce nuage or et mauve au bout d’un jonc
L’ombrelle ou l’oiselle ou la fleur
La chevelure
Descend des cendres du soleil se décolore
Entre mes doigts
Le jour est gorge-de-pigeon
Vite un miroir Participé-je à ce mirage
Si le parasol change en paradis le sol
Jouons
À l’ange
À la mésange
Au passereau
Mais elles qui vaincraient les grêles et l’orage
Mes ailes oublieront les bras et les travaux
Plus léger que l’argent de l’air où je me love
Je file au ras des rêts et m’évade du rêve

La Nature se plie et sait ce que je vaux.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Couplet de l’amant d’opéra

Elsa