Amour

Une petite plage où l’on ne rit pas

Où personne ne passe :

C’est l’amour.
L’ombre non plus n’y chasse

De bras en bras

Un autre jour.
Pas de fausses mésanges

Mais au loin

Une petite île
Comme une meule de foin,

Et sous l’aile d’un ange

Deux anges immobiles.

1939

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sois aveugle

Forêt