BofBof C'était OKC'était OK

Jouissance

Aujourd’hui dans tes bras j’ai demeuré pâmée,
Aujourd’hui, cher Tirsis, ton amoureuse ardeur
Triomphe impunément de toute ma pudeur
Et je cède aux transports dont mon âme est charmée.

Ta flamme et ton respect m’ont enfin désarmée ;
Dans nos embrassements, je mets tout mon bonheur
Et je ne connais plus de vertu ni d’honneur
Puisque j’aime Tirsis et que j’en suis aimée.

O vous, faibles esprits, qui ne connaissez pas
Les plaisirs les plus doux que l’on goûte icibas,
Apprenez les transports dont mon âme est ravie !

Une douce langueur m’ôte le sentiment,
Je meurs entre les bras de mon fidèle Amant,
Et c’est dans cette mort que je trouve la vie.

Voter pour ce poème!

Marie-Catherine-Hortense De Villedieu Apprenti Poète

Par Marie-Catherine-Hortense De Villedieu

Marie-Catherine Desjardins, dite Madame de Villedieu, née vers 1640 à Alençon, ou plus vraisemblablement à La Rochelle, ainsi que l'ont montré de récents travaux, et morte au manoir de Clinchemore à Saint-Rémy-du-Val, le 20 octobre 1683, est une poétesse, dramaturge et romancière française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans notre ruche de poètes, chaque commentaire est une goutte de miel. Soyez doux.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A un poète

La liberté des mots