Donne-moi tes yeux

Il s’élève, plane et se fige dans tes yeux,

Lui, qui rendra meilleur le lever du demain,

Oui lui, portant la fraîcheur du frisson humain,

Il s’élève, plane et se fige dans les cieux.
Mais lorsque vous regarderez les étoiles,

Je serai un navire vide sans voile,

Sur une mer sans fin, encore et encore,

Cherchant ce regard qui nous fait perdre le nord,
Les jours se suivent et expirent sans soleil,

Et comme un crabe au clair de lune, je cherche,

Là où personne ne trouve plus merveille,
C’est dans une lueur d’espoir qu’il apparaît,

Noir comme la nuit, sucré comme le péché,

Ce sentiment qui se pétrifie dans la plaie.
Mathieu Cauchie

Voter pour ce poème!

Les poètes sont les gardiens des rêves. Rejoignez notre confrérie, comme un Rimbaud moderne, et rêvez avec nous.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Combien de ports pourtant…

Les coquillages