Comme à ce roi laconien

Contrerime XXXI.

Comme à ce roi laconien
Près de sa dernière heure,
D’une source à l’ombre, et qui pleure,
Fauste, il me souvient ;

De la nymphe limpide et noire
Qui frémissait tout bas
– Avec mon coeur – quand tu courbas
Tes hanches, pour y boire.

Voter pour ce poème!

Vous êtes le seul qui peut nous sauver de l'ennui mortel de ne pas avoir de commentaires sur notre poème. S'il vous plaît, faites-nous cet honneur.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments