Tel variait au jour changeant

Contrerime XXIX.

Tel variait au jour changeant
– Avec l’or de tes boucles,
Le sang d’un collier d’escarboucles
Dans ma tasse d’argent

Qui, tout de roses couronnée,
– Sur la ligne où se joint
L’ombre au soleil – jetait au loin
Une pourpre alternée ;

Lilith, et, telle, un jour d’été,
J’ai vu noircir ta joue,
Quand le désir trouble, et déjoue,
Ta pliante fierté.

(Talmud babylon.)

Voter pour ce poème!

Nous t'attendons avec impatience pour lire tes réactions et tes pensées sur ce poème. Ne nous laisse pas dans le suspens! Laisse un commentaire!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments