Opportet hæreses esse

0 Vues 0 Points 0 Commentaire

Opportet hæreses esse.
Car il faut, en effet, encore,
Que notre foi, donc, s’édulcore
Opportet hæreses esse.

Il fallait quelque humilité,
Ma Foi qui poses et grimaces,
Afin que tu t’édulcorasses ;
Et l’hérésiarque entêté

T’a tenté, ne nous dis pas non,
Jusque vers les pires péchés,
T’entraînant du doute impur chez
Le Diable t’ouvrant son fanon.

Or maintenant, courage ! assez
De larmes sur l’erreur d’un jour,
Songe au pardon du Dieu d’amour.
Opportet hæreses esse.

Notez ce poème
Print Friendly, PDF & Email

Qu'en pensez-vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

b

Par Paul Verlaine

Paul Verlaine est un écrivain et poète français du XIXᵉ siècle, né à Metz le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896. Il s’essaie à la poésie et publie son premier recueil, Poèmes saturniens en 1866, à 22 ans.

Tant de corps et tant d’âme

Le Bernica