Ainsi que tous les corps que la nature anime

Ainsi que tous les corps que la nature anime,
Et forme inanimez en ce clos rondissant
Ont leur cause, leur centre, et vont resortissant
Au centre, qu’elle enferme au creux de son abysme,

Ainsi que tous les poincts qu’en sa masse sublime
Contient la pyramide és nues se haussant,
Se ramenent ensamble, et se vont unissant
Au joint indivisible eslevé sur sa cime,

Ainsi que le seul Un en sa capacité
Comprend, pere de tous, le nombre illimité,
Qui au chiffre infiny de tous les nombres entre,

Ainsi de ton amour l’unique intention
Enclost tout : la vigueur, le prix, l’occasion
De tout, est en son un, en son point, en son centre.

Le Miroir de l’Amour divin

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments