Enfance perdue

À chaque ruelle étroite
Dans chaque lieu sombre
Vit des coeurs ardus
Réfugiés sous une ombre
Aux passages obscurs,
Dans toutes les voiries
On les voit isolés,
Rejetés et presque nus
On passe devant eux
Et tout le temps on en rit
Or ce ne sont que des enfants
À l’enfance perdue

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

GIPHY App Key not set. Please check settings

Un matin rue de la colombe…

Puisqu’à si beau Soleil j’ai mon aile étendue