Au temps des donjons

As-tu déjà perdu le mot de passe ?
Le château se ferme et devient prison,

La belle aux créneaux chante sa chanson

Et le prisonnier gémit dans l’in pace.

Retrouveras-tu le chemin, la plaine,

La source et l’asile au cœur des forêts,

Le détour du fleuve où l’aube apparaît,

L’étoile du soir et la lune pleine ?

Un serpent dardé vers l’homme s’élance,

L’enlace, l’étreint entre ses anneaux,

La belle soupire au bord des créneaux,

Le soleil couchant brille sur les lances,

L’âge sans retour vers l’homme jaillit,

L’enlace, l’étreint entre ses années.

Amours ! Ô saisons! Ô belles fanées !

Serpents lovés à l’ombre des taillis.
1942

0

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Les routes inséparables

La Clairière