Synthèse

Dans la foule aux replis profonds, l’homme et la femme,
Se voyant, ont croisé le regard qui proclame
Une mystérieuse affinité de l’âme.

La conversation habile a dessiné
Un passé de droiture où des malheurs sont nés ;
À se chérir ils se sont vus prédestinés.

Émoi de se sentir, par cet amour, renaître,
Indicibles baisers irradiant tout l’être,
Sourires dans les yeux qu’une langueur pénètre.

Ils disent leurs projets, leur travail quotidien,
Les secrets négligés aux premiers entretiens,
Et de leurs dons bientôt ils n’ignorent plus rien.

Les caresses des mains n’atteignent plus à l’âme,
Leur trésor dépensé, qu’un fol ennui proclame,
Dans les replis profonds rentrent l’homme et la femme.

Voter pour ce poème!

Alphonse Beauregard Apprenti Poète

Par Alphonse Beauregard

Né à La Patrie (Compton en Québec) le 5 janvier 1881, Alphonse Beauregard doit abandonner ses études à la mort de son père. Il pratique alors divers métiers, tout en publiant des poèmes dès 1906 dans quelques journaux et revues (parfois sous pseudonyme de A. Chasseur). Il prend une part active à la rédaction du Terroir et devient secrétaire de l'école littéraire de Montréal, tout en travaillant comme commis au port de Montréal. À peine élu président de l'école, il meurt asphyxié au gaz le 15 janvier 1924. Son poème « Impuissance » est paradoxalement un des plus puissants de cette époque.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez notre cercle de poètes, où chaque mot compte, comme dans les vers de Mallarmé.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Symbole

Un corbillard passe